Sortie du livre Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif co-dirigé par Jacques Arènes

Voilà un ouvrage qui tombe à pic. Co-dirigé par Arènes Jacques, Professeur à l’Institut Catholique de Paris (ICP), directeur de l’Ecole de Psychologues Praticiens (EPP) et Jean-Luc Viaux, Professeur des Universités honoraire et enseignant à l’EPP, cet ouvrage est le fruit des travaux d’un colloque organisé à l’Institut Catholique de Paris, en juin 2019 sur l’extrémisme religieux. Il est sorti en librairie le 17 mars 2021.

Pourquoi il tombe à pic ? Longtemps, les institutions éducatives paraissaient relativement épargnées par les idées haineuses véhiculées par certains extrémistes. Or, depuis l’attentat de Charlie Hebdo en 20015, celui du Bataclan en novembre de la même année ou encore l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire, en octobre 2020, aucune institution ne semble y échapper.

Avec pour point de départ des questions centrales : Comment des jeunes, Français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis, et choisir de pratiquer des actions violentes à leur encontre, parfois au moyen d’attentats suicide ? Comment analyser les refus de cours et en limiter l’étendue ? Comment la contestation de certains contenus de cours peut aller jusqu’à l’assassinat ? Et enfin que peut faire la communauté éducative pour circonscrire le phénomène ?

C’est pour répondre à ces questions complexes que le colloque puis l’idée de cet ouvrage ont germé. Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif s’intéresse en effet, particulièrement, aux comportements radicaux en milieu scolaire et esquisse des pistes afin d’y remédier. Pour ce faire, il confronte avec intelligence le point de vue d’universitaires et de praticiens de l’éducation sur le terrain (enseignants, hauts fonctionnaires et cadres du secteur éducatif etc.) et celui plus conceptuel des chercheurs (droit, philosophie, sociologie, sciences de l’éducation, théologie etc.).

Parmi les pistes explorées pour continuer à faire « société » ? L’éducation à un abord raisonné, historique, anthropologique du fait religieux à destination des jeunes en quête de modèle. Ce qui passe par une meilleure formation des enseignants aux faits religieux. Et enfin, l’introduction d’un enseignement moral et civique explicite qui pourrait constituer une forme de remédiation à l’affaiblissement des valeurs républicaines au sein de l’école.

Meriem SIDHOUM DELAHAYE

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Demande de brochure
close slider
loading